Village de Nianiane (20)   © Paula Loudenslager  

Accueil
Présentation
Philosophie
Les brèves

Sénégal

Hot Spot
Systémique
Campagne 2
Campagne 1
Faire un don
Niakhar
Nianiane
Poleck-Mbine Birame
Ngouye
Dossiers

Nous travaillons
pour vous !
Asbl
Formation
Sur le chemin...
Téléchargement
 Dernière mise à jour : le dimanche 10 juin 2012

paixactive.org : campagne 1

Synopsis des activités, comptes, résultats et bilan global

Cette page est en cours de réalisation... cela prendra plusieurs jours, revenez-y régulièrement. Quand cette phrase rouge aura disparu, cela voudra dire que cette page est terminée et complète.

Voici, en toute transparence, les résultats de notre première campagne de développement : dix ans sur le terrain et autant de réflexion...

Nous avons fait de belles choses, nous avons fait des erreurs, parfois même des bêtises... Notre but est de vous partager tout cela en vous montrant que rien n'est simple, que tout est possible, que... que... que...

Mais trève de parlotte, voyez et jugez, inspirez-vous si le développement vous tente, participez si vous trouvez que nos actions vont dans le bon sens, donnez votre avis,... Nous sommes à votre écoute.

Le bilan global et les conclusions de cette première campagne se trouvent tout au bout de cette page.

Poleck - Mbine-Birame

Adduction d'eau à Poleck et Mbine-Birame (son hameau) (avril 2002)
Jean-Paul Bu... et Renee Ky... de Feluy500,00 €
Pierre Le Ca... de Paris250,00 €
Catherine De...... de Paris250,00 €
Charles Du... de Bovesse100,00 €
Jean et Myriam We... de Braine-l'Alleud100,00 €
Arlette Da... de Feluy100,00 €
Société Else Invest de Nivelles50,00 €
Catherine P... de Chastre25,00 €
Pascal Pa... de Ecaussines25,00 €
Georges Hu... et Pierre Ja... de Nivelles20,00 €
Action "Eau pour Niakhar" du Collège Ste-Gertrude de Nivelles et associés1.277,08 €
paixactive.org1.478,00 €
Total du coût de l'adduction4.175,08 €
Réussite : en avril 2002, les habitants de ces villages devaient faire plusieurs km pour aller chercher dans des puits la moindre goutte d'eau consommée. C'est à cette époque que nous avons mis en oeuvre une adduction de 2,5 km afin d'amener l'eau à proximité de ces deux villages. 10 ans après, l'adduction est toujours fonctionnelle. Plusieurs familles, grâce à un prêt remboursable au comité de forage de Bicol, ont fait installer un robinet dans leur concession. Nous laissons les autres familles faire le nécessaire à leur rythme à ce niveau. Le même procédé s'est déroulé à Nianiane, village voisin, et nous ne désirons pas semer la jalousie entre villages en intervenant dans un système local qui a fait ses preuves et fonctionne très bien.

Complet

Nianiane

250 moustiquaires à Nianiane (août 2001)
paixactive.org1.925,00 €
Réussite : 10 ans après, les habitants prennent soin de leurs moustiquaire, remplacent les usagées et en acquièrent de nouvelles quand la famille s'agrandit. Les familles les plus démunies ont toutefois des difficultés à suivre le mouvement car, depuis près de 2 ans, les moustiquaires subventionnées n'existent plus. Les habitants doivent les acheter 3 fois plus chères qu'avant. En juillet 2010, nous sommes intervenus pour le rachat de 80 moustiquaires. Nous espérons que les activités économiques que nous comptons développer dans le village permettront à l'ensemble du village de continuer à se protéger efficacement contre la malaria.

1 pompe à main sur le forage de Nianiane (novembre 2001)
Jacques Mo... de Bruxelles1.474,15 €
Réussite : les villageois s'approvisionnaient au puits à 2 km du village alors qu'un forage "oublié" de 250 m de profondeur se trouvait à proximité des habitations. Nous avons équipé ce forage d'une pompe à main à la grande satisfaction des habitants. En fait, ce forage avait été oublié, les documents étant égarés. Notre action a permis de "retrouver" ce forage et l'Etat sénégalais l'a maintenant équipé d'une pompe à moteur et d'un château d'eau. Ce forage distribue maintenant de l'eau aux villages voisins. Toutefois, au fil des ans, l'eau se charge de plus en plus en sel et en fluor. Une solution doit être trouvée afin de débarrasser l'eau de boisson de ces deux éléments qui ont des répercussions néfastes sur la santé à long terme. Nous cherchons des solutions efficaces, non polluantes et économes en énergie à ce problème.

40 latrines sèches ventilées de type "Vanhercke" à Nianiane ()
paixactive.org3.692,00 €
Réussite : 10 ans après, la plupart des latrines sont toujours fonctionnelles et bien entretenues. Certaines ont été noyées lors de pluies diluviennes et se sont effondrées. Un nouveau modèle de fosse sera utilisé pour les prochaines latrines afin d'éviter ce problème à l'avenir. Les habitants comptent les reconstuire. La rotation est un gros travail (déménagement de la dalle sur la fosse vide pendant que la fosse pleine fermente et se transforme en compost) et la récupération du compost n'est pas toujours évidente pour certains.

1 poulailler de 250 poules pondeuses à Nianiane ()
Jacques Mo... de Bruxelles1.004,78 €
Réussite presque totale : grâce au don, un poulailler de 250 poules pondeuses a été construit et les poussins y ont fait leurs premiers pas. Quelques temps plus tard, les oeufs commencèrent à affluer si bien que plus de 13.000 oeufs furent récupérés au total. Ils furent soit consommés sur place, soit vendus aux habitants de la région qui faisaient le déplacement pour acheter les oeufs de Nianiane, soit commercialisés au marché de Fatick grâce à la charette communautaire. Malheureusement, une épidémie ravagea tout le poulailler en trois jours. Nous aimerions que les habitants réitèrent cette expérience, mais nous sentons que cette fin malheureuse a fragilisé la confiance des villageois dans ce genre d'élevage. Mais nous n'avons pas dit notre dernier mot :O)

54 enfants vaccinés contre la rougeole à Nianiane (mars 2002)
paixactive.org23,00 €
Lors de notre visite au village en mars 2002, les enfants en âge d'école primaire étaient en congé. Il s'est avéré que trois enfants de l'école primaire de Sagne, un village voisin dont l'école est fréquentée par les enfants de Nianiane, avaient la rougeole, maladie qui peut être mortelle dans la région. Nous avons contacté immédiatement le dispensaire de Niakhar afin que l'infirmier vienne vacciner rapidement les enfants fréquentant l'école primaire de Sagne, soit 54 enfants, avant qu'ils retournent à l'école et qu'ils risquent d'attraper la maladie. Le lendemain, tout était en ordre. La fin des vacances permit au vaccin de faire son effet et les élèves étaient immunisés lorsqu'ils sont rentrés à l'école.

A suivre, incomplet

Niakhar

A suivre, incomplet

Ngouye

315 mousitquaires à Ngouye ()
Action "Eau pour Niakhar" du Collège Ste-Gertrude de Nivelles et associés1.781,15 €
Réussite à suivre : le risque d'infection paludique est omniprésent dans la région lors de la saison des pluies. 315 moustiquaires ont été confectionnées par les couturiers de Niakhar. L'infirmière du village nous a rapporté que, durant la saison des pluies 2002, aucun cas d'infection n'avait été enregistré, ce qui est exceptionnel sur une population de 1.200 personnes. Depuis, nous n'avons plus de nouvelle ni aucun suivi. Nous envisageons de rendre visite à ce village lors de notre prochain déplacement dans la région.

1 case de santé à Ngouye ()
Action "Eau pour Niakhar" du Collège Ste-Gertrude de Nivelles et associés4.016,77 €
A vérifier : pour se soigner, les habitants de la région devaient faire plus de 4 km, le plus souvent à pied. Ce problème se posait particulièrement aux femmes enceintes. Le don a permis la construction d'une case de santé dans cet important village. Cette case de santé comporte une salle d'attente, une salle de soin, une salle d'accouchement, une chambre, une douche et une toilette. Normalement, dès sa construction terminée, les habitants auraient pu demander au gouvernement la nomination d'un ou une infirmière rémunérée. Il s'est avéré, plusieurs années après, que cette nomination n'avait toujours pas eu lieu. A vérifier lors de notre prochain déplacement dans la région.

Complet

Bilan général et conclusions

A son début, notre organisation, faisant preuve de l'impétuosité caractéristique de la jeunesse, s'est lancée un peu tous azimuts dans nombre d'activités très diverses.

Nous pourrions, grosso-modo, les regrouper en 5 axes :

  1. Activités assurant les besoins de base de la population aux niveaux hygiène, santé, économies financières, temps et énergie (voir "Systémique") : eau - moustiquaires - latrines - lavage des mains - moulin à mil;
  2. Activités que l'on pourrait qualifier "de seconde nécessité" : essais de maraîchage, élevage de poules pondeuses,...;
  3. Constructions : case de santé de Ngouye, foyer du Lycée de Niakhar;
  4. Micro-crédit (prêts remboursables pour projets de particuliers entrepreneurs) : dépôt de médicaments, école de couture, projet de location de matériel;
  5. Divers : essai de création d'une mutuelle de soins de santé, campagne de vaccination, transport scolaire, analyses d'eau et de sols, petites fournitures diverses,...

De toutes ces activités, nous avons tiré le bilan suivant :

5. Divers

Ces actions ponctuelles ont eu des succès divers. Si elles ont généralement réussi, la mutuelle n'a jamais pu fonctionner correctement car, tout simplement, ce n'est pas notre métier et il est complexe de vouloir introduire de tels mécanismes, nouveaux, sans avoir un suivi constant et avoir la formation pour faire comprendre le bien-fondé d'un tel dispositif. Certaines personnes considèrent par exemple que, s'ils n'ont pas été malades, ils doivent être remboursés de leur cotisation.

4. Micro-crédit

Le début des activités de notre organisation a coïncidé avec le grand engouement pour le micro-crédit. Quand des particuliers sont venus nous demander du micro-crédit pour différents projets, nous nous sommes lancés dans l'aventure. Des trois projets, aucun n'a réussi, nous n'avons jamais pu obtenir les comptes précis ni le remboursement d'aucun solde de sommes éventuellement non encore investies. Là non plus, ce n'était pas notre métier. Et il est clair que si, ici, on demande des études de marché, des "business plans",... pour s'assurer de la viabilité des projets envisagés, les entrepreneurs locaux n'ont pas la science infuse et la même rigueur devrait être de mise à leur égard. De plus, depuis lors, le micro-crédit a montré ses limites et demande une réflexion de fond quant à sa banalisation.

3. Constructions

Les constructions ont bien donné. Elles se sont bien terminées grâce à nos collaborateurs sur place de l'époque.

Le foyer du Lycée de Niakhar a joué un rôle important dans cette école, surtout au moment où 6 classes se sont avérées dangereuses du fait de leur dégradation. Le foyer a alors été scindé en plusieurs classes, ce qui a permis la poursuite des activités scolaires.

La case de santé de Ngouye était également une belle réalisation. Dommage qu'il ait fallu tant de temps pour que la population locale puisse disposer d'un/e infirmier/e à demeure. Nous devons encore éclaircir ce qui s'est passé à ce niveau.

2. Activités "de seconde nécessité"

Le maraîchage n'a pas fonctionné du fait des qualités de l'eau (trop salée) et des sols (par manque d'humus, la surface du sol devenait dure comme du béton à l'arrosage, empêchant les germes de percer cette croute). Nous avons alors commencé à créer un compost, mais notre retour n'a pas permis de finaliser cette réalisation.

L'élevage de poules pondeuses a donné un grand nombre d'oeufs, mais l'élevage fut décimé quand le responsable est parti quelques jours en confiant l'élevage aux jeunes du village... Il semblerait que le choix de la race des poules n'ait pas été judicieux, leur inadaptation à l'environnement nécessitant l'emploi d'antibiotiques, ce qui est contraire à nos principes.

Une fois de plus, l'initiation et le suivi de ces réalisations ne sont pas notre métier et nous en tirons comme conclusion qu'il est indispensable de continuer ces activités mais en les confiant à des organismes locaux spécialisés dans ces domaines.

1. Besoins de base de la population

Il s'est avéré à l'usage que cet axe de nos activités est réellement notre "Core business". Avec nos collaborateurs locaux et l'aide de la population, il s'avère que nos actions dans ce domaine sont les plus efficaces et les plus appréciées. Il s'avère aussi que la population locale est très consciente de l'importance de ces améliorations et contribue largement à leur entretien et leur renouvellement si nécessaire.

Ce qui nous a mené aux conclusions suivantes :

Un handicap important est notre peu de présence sur place. De plus, les voyages coûtent très cher et sont autant de ressources que nous ne pouvons investir dans nos projets.

Notre nouvelle politique est donc de chercher au maximum des collaborateurs locaux efficaces et sérieux sur lesquels nous pourrons compter afin de mettre en oeuvre les actions désirées par les populations locales et que nous estimons être dans nos possibilités. Nous nous adresserons préférentiellement à des organismes structurés ayant fait leurs preuves plutôt qu'à des personnes seules, les risques de dérive étant moins importants au niveau des groupes d'individus.

Au niveau des activités, nous abondonnons définitivement le micro-crédit faute de compétences dans ce domaine. Les constructions, "mangeuses de capitaux" sont mises "en veilleuse" tant que notre asbl ne profite pas de fonds suffisants que pour les assumer sans que cela ralentisse nos activités principales.

Maraîchage, élevage,... Du fait de la technicité de ce genre d'activités, de notre manque de connaissance des régions tropicales et de notre manque de présence sur place, nous délégons ces activités essentielles à notre partenaire actuel : ENDA PRONAT qui gère cela selon nos principes : une agriculture saine, sans produits chimiques ni les inutiles, risqués et polluants génétiques OGM (Organismes Génétiquement Manipulés).

Toutes nos ressources seront également centrées sur nos réalisations de base : eau - moustiquaires - latrines - lavage des mains - moulin à mil. Au niveau des latrines et du lavage des mains (le fameux Canacla®, voir www.canacla.com), nous continuons notre collaboration très fructueuse avec le Docteur Benoît Vanhercke établi en Afrique de longue date.

Pour plus de détail concernant ces choix, consultez la rubrique "Systémique" dans le menu de gauche.

Vos avis, réactions,... sont les bienvenus à notre adresse mail : info@paixactive.org

◊ ◊ ◊